Retour au journal
prev. next
10 septembre 2015
Islande – En pratique

J’ai décidé de faire une interlude dans le récit de mon voyage pour vous donner quelques informations pratiques.

Préambule : Je voyage avec un budget moyennement serré : je fais attention au prix mais je garde un certain confort. Je prévois mûrement certaines dépenses afin de moins me soucier de l’argent sur place. On peut s’en sortir pour moins cher mais bon voyager c’est aussi profiter. Je suis partie début juin et même si la pleine saison arrivait j’ai tout de même payer moins cher la location de véhicule. Mes prix sont approximatifs, ils dépendent du cours de la couronne islandaise.

Préparer :

J’ai préparé mon voyage grâce au guide Lonely Planet mais surtout grâce aux blogs de Juliette, 1 Carnet 2 Notes, Trip85, Cécile, … Il en existe bien d’autres encore ! Cela vous permet de vous faire une idée sur les lieux que vous voulez visiter même si il n’y a pas grand chose qui ne vaut pas le déplacement et le plus dur sera de choisir 🙂

Pour mon voyage, des choix j’ai du en faire et notamment un m’empêchant d’emprunter les routes F (en montagne), et finalement j’ai eu de la chance car de toute façon celles-ci étaient fermées à cause de la neige ! L’organisation de mon voyage coupé en 2 m’a fait préféré refaire le « même trajet » mais voir d’autres choses, plutôt que de me presser pour faire le tour de l’île. Je préfère prendre mon temps lorsque je voyage et avec mes photos je peux passer plusieurs heures au même endroit.

Si vous avez comme moi 5-6 jours, je vous conseille d’en passer 1 ou 2 à Reykjavik et de parcourir le Sud jusqu’à Jokulsarlon avant de revenir. Vous pourrez ainsi faire de nombreux arrêts à l’aller comme au retour et voir de nombreuses choses différentes du circuit touristique de base. Et si vous avez plus de temps, faites le tour et revenez me raconter cela !

Ce n’est pas la peine de retirer une grosse somme d’argent sur place. Toutes les boutiques en Islande prennent la carte bancaire sans montant minimum. Il vous faudra peut-être un peu de monnaie si vous voulez utiliser les toilettes d’une station service sans rien acheter.

 

DSC08378

Y aller :

Depuis Octobre dernier, Easyjet propose un vol Genève-Reykjavik*. Mais au moment où je regardais pour prendre mes billets, ils étaient presque aussi chers que ceux proposés par IcelandAir. Je voyageais avec un bagage en soute donc j’ai préféré prendre le confort d’IcelandAir et son bagage compris. Le billet aller-retour m’a coûté 350€ en m’y prenant 4 mois à l’avance et avec l’assurance annulation en cas d’hospitalisation (avec un match de roller derby une semaine avant, on ne sait jamais).

 

DSC09248

Se déplacer :

La première semaine nous avions donc louer des gros camping-cars où pouvaient dormir 4 à 6 personnes. Cette solution était pratique car nous étions nombreux et que le chauffage nous permettait de nous réchauffer après avoir passé des heures dans le froid vêtus de vêtements légers pour nos photos. Cependant, nous roulions bien moins vite à cause de la prise au vent (et il y en a du vent en Islande) et nous avons eu quelques frayeurs sur une route soi-disant accessible à tous les véhicules. Nous sommes passés par Camper Iceland et cela nous a coûté environ 300€ par personne pour 5 jours. Je ne recommande pas forcément cette solution ni cette agence. Quand nous avons récupéré les clefs, un couple avait des soucis avec l’agence à propos de coûts de réparations excessifs et nous-mêmes nous avons du parlementer sur des frais annexes quand nous avons rendu les campers. Dans tous les cas, quand vous récupérer un véhicule filmer avec votre portable l’état de celui-ci, on ne sait jamais.

DSC00252

La deuxième semaine j’étais donc seule et j’ai choisi de louer un utilitaire aménagé. Il y avait deux places devant et à l’arrière, un matelas et des étagères avec le matériel pour cuisiner (voir la visite en vidéo). J’ai loué ce véhicule via Kuku Camper que je recommande fortement ! L’accueil est hyper sympa, certains de leurs employés parlent français, et ils sont vraiment souples sur les horaires (j’ai récupéré mon véhicule en retard de quelques heures et j’ai pu le ramener un peu après l’heure de fermeture officielle). Cela m’a coûté 700€ pour 6 jours avec l’assurance graviers (à prendre absolument, les routes ont plein de petits cailloux et il y a plus de chances d’avoir des impacts que d’y échapper). Certes vous pouvez trouver des petits 4×4 pour moins cher la journée et camper (avec ce Kuku vous ne pouvez pas emprunter les routes F de montagnes) mais je n’ai pas l’habitude de monter une tente et j’économisais sur les nuitées dans les hôtels. Pour moi c’est la solution la plus économique (surtout si vous êtes deux) et tout de même confortable : vous êtes à l’abri de la pluie et du vent (cf plus haut) et vous n’avez pas à prévoir votre parcours à l’avance. Prévoyez tout de même un bon sac de couchage, le mien allait jusqu’à 0° et c’était un peu juste.

Pour l’essence pensez à faire le plein bien avant d’arriver sur la réserve. Il n’y a pas de stations essences partout et ça vous évitera des frayeurs. Avec mon Kuku, j’en ai eu pour 180€ d’essence pour 2000km parcourus environ. Bon à savoir : certaines stations N1 offrent l’accès internet.

 

DSC08441   DSC08443

Dormir :

A Reykjavik, j’ai passé mes premières nuits au KEX Hostel. Vous pouvez réserver des chambres individuelles dans cette auberge de jeunesse ou comme moi, dormir en dortoir. La décoration est truffée de petits détails, le petit déjeuner correct et elle est proche du centre. (90€ pour 2 nuits et 1 petit-déjeuner) Elle fait aussi bar, donc même si vous n’y dormez pas n’hésitez pas à venir admirer l’intérieur.
Les autres nuits, nous avons loué au dernier moment un appartement via Airbnb. A 4 personnes cela nous a coûté 50€ par personne pour 2 nuits.

Avec nos campers, la première semaine nous allions dans des campings. Cela nous permettait de recharger les batteries et de remplir les réservoirs d’eau. Il n’est pas non plus facile de trouver un espace suffisamment grand pour accueillir 4 campers. Les douches étaient soit froides soit payantes en sus.
Avec mon petit utilitaire par contre je me garais n’importe où pour dormir (dans un coin proche d’une route, sur le parking d’une mairie, à côté de l’église de Vik, …). En Islande mis à part dans les parcs nationaux, vous pouvez camper où vous voulez ! Pour faire ma vaisselle et une toilette sommaire j’allais dans les stations essence et pour les douches j’allais à la piscine municipale. Il y en a une dans chaque ville moyenne, l’entrée est de 3-4€ et en plus de pouvoir me laver, je pouvais profiter du hammam et des bains d’eau chaude. Par contre, pudiques s’abstenir, il faut se laver sans maillot dans des douches collectives en Islande (et un petit panneau vous expliquera les zones à bien laver).

 

DSC08472

Manger :

A Reykjavik j’ai testé différents endroits. Je suis végétarienne donc ne comptez donc pas sur moi pour vous faire un comparatif de la meilleure soupe de mouton ou le meilleur steak de baleine. L’avantage en Islande c’est que presque tous les restaurants proposent des plats végétariens (yeah!).

Babalu : petit café qui sert cependant quelques plats. Les lasagnes aux légumes étaient bonnes, pour un prix correct (8€ il me semble). On se croirait chez une grand-mère avec son côté douillet mais la déco kitsch. Aller faire un tour au toilettes, vous serez surpris 🙂

The Laudromat Café : notre repère. J’y ai dégusté le dessert spécial au Skyr, myrtilles et chocolat blanc (une tuerie), le Clean Brunch et un burger végétarien (pas pendant le même repas, je vous rassure). Je me suis régalée ! Les prix sont plus élevés que Babalu mais les portions généreuses (19€ le burger). Petit plus : vous pouvez faire votre lessive au sous-sol (et je ne m’en suis pas privée entre mes deux périples).

FishMarket : ce restaurant est une, voir deux, classes au-dessus niveau budget mais il est très réputé. Mes amis se sont régalés avec leurs plats de poisson et mes makis végétariens étaient très bons aussi. Les 6 makis valaient 22€ et ils étaient 2 fois moins cher que le reste de la carte pour vous faire une idée des prix.

Kaffibrennslan : mon refuge. Ce café propose un Chai latte au soja qui est devenu ma boisson préférée. J’ai pu testé aussi à peu près tous les gâteaux proposés et je ne saurais faire un choix. Le plus : sa situation parfaite sur la grande rue piétonne mais éloignée de l’agitation, et sa petite cour extérieure.

Sakebarinn : une restaurant de sushis et makis. La carte est large et les prix corrects (13€) sans renier sur la qualité. Les noms des plats m’ont bien fait rire.

DSC00913

Sur la route, nous avions des plaques à gaz dans les campers et j’avais un réchaud dans mon utilitaire pour cuisiner. Nous avons fait nos courses au Bonus, la chaîne de supermarché la moins chère. J’en ai eu pour 40€ sur 2 semaines (la première nous avions tous trop acheté et les autres m’ont gentiment laissé leur surplus, je n’ai eu qu’à racheter un ou deux produits frais). Contrairement à la croyance, nous avons très bien mangé et autre chose que du riz et des pâtes. Note : dans les agences de location de véhicule vous trouverez toujours une étagère avec de la nourriture gratuite que d’autres voyageurs ont laissés en partant.

 

DSC08488

Se faire plaisir :

Durant mon voyage j’étais trop occupée à prendre des photos et à découvrir de nouveaux lieux, mais il y a deux excursions que j’aurais voulu faire. La première et la plus connue est la marche sur les glaciers au départ de Skaftafell. Elle n’est pas très chère (une cinquantaine d’euros). J’ai quand même été jusqu’au bord d’un glacier mais marcher dessus et se retrouver au beau milieu doit être totalement différent (Juliette en a parlé sur son blog). La deuxième est le snorkeling dans l’eau claire de Silfra, plus chère (une centaine d’euros) mais inoubliable j’en suis sûre.

Il y a beaucoup de boutiques à Reykjavik, vous y trouverez les classiques à destination des touristes (petits bateaux en bois, tasses, t-shirts, magnets, pulls en laine qui gratte, …), les internationaux (même objets que l’on trouve dans les boutiques à Paris, Stockhölm, Amsterdam), des vêtements techniques pour la montagne et  d’autres beaux objets sur lesquels vous pourriez craquer. Personnellement, je ne veux pas accumuler les souvenirs inutiles, je préfère les expériences, mais je me suis tout de même offert une impression d’une artiste islandaise. La ville n’est pas grande alors vous avez le temps de vous promener. Voici tout de même une petite sélection de quelques boutiques intéressantes :

– Islandia Shop à Kringlan (le centre commercial mais il en existe une dans le centre) : de beaux souvenirs à des prix abordables. J’ai trouvé une très belle écharpe en laine pour ma mère.
– Reykjavik crafts (76 Laugavegur) : cette boutique propose des objets faits par des artistes locaux. C’est ici que j’ai trouvé l’impression.
Fotografi : située juste à côté de Babalu, cette boutique vend des tirages de photographes locaux à petit prix. Un souvenir original qui ne prendra pas la poussière.

Autres :

Derniers conseils. Il y a quelques objets utiles à prendre dans votre sac à dos quand vous visitez l’Islande :
– une bouteille isotherme : elle gardera au chaud votre café/thé pour toute la journée et lors de vos ballades vous pourrez vous offrir le luxe d’une tasse fumante.
– un chargeur usb/allume-cigare : ça ne coûte pas cher et vous pourrez recharger vos appareils lors de vos trajets. Il en existe aussi avec un convertisseur vers les prises de courant classiques mais tous mes appareils peuvent se recharger avec un câble USB.
– un masque pour dormir : la moitié de l’année le soleil ne se couche pas ou pas très longtemps et les fenêtres n’ont pas de volets, pour bien dormir le masque est indispensable (je l’emporte dans tous mes voyages)
– des tenues multi-couches : la météo change vite en Islande, il faut que ce soit pratique de pouvoir enlever une couche ou d’en remettre une. Je n’ai pas eu spécialement froid, mon coupe-vent pardessus un gilet chaud m’a suffi et je n’ai pas utilisé la veste plus hiver que j’avais prise (mais ne vous fiez pas forcément à mon ressenti, quand je photographie j’oublie le froid)
– un maillot de bain : il y a plein d’occasions de se baigner en Islande et pas uniquement au Blue Lagoon, donc pensez à prendre le vôtre

 

J’espère que ces quelques conseils vous seront utiles. La semaine prochaine je vous raconterai la suite de mon voyage qui malgré son parcours similaire a été bien différent du début.

 

*Il semblerait qu’il ne le propose plus.

Retour au journal
prev. next