Retour au journal
prev. next
19 December 2015
Islande – Partie 6

Sorry, this post is only available in French. But you can still look at the pictures or use a translator.

Dans l’épisode d’aujourd’hui, je commence seulement à découvrir l’Islande seule. Ces paysages et la solitude m’inspirent et à chaque arrêt j’en profite pour réaliser un autoportrait. Ce pays a tant de beauté à offrir que je veux absolument tenter d’en capture une partie.

JOUR 9 Borganes – Þingvellir – Vik

Je me réveille très tôt, vers 6h30 après une nuit plutôt froide. Heureusement la piscine municipale de Borganes ouvre à 6h et je n’ai qu’à enfiler un pantalon pour m’y rendre. Le bonheur peut se résumer parfois en une simple douche chaude.

Aujourd’hui je veux aller à Þingvellir puis rouler vers l’Est afin de passer la nuit à Vik. La route promet d’être longue. Je décide en plus de la rallonger en n’empruntant pas le tunnel pris à l’aller, mais en faisant le tour par le rivage. Et quelle bonne idée j’ai eu ! La route est sublime. Je me croirais à la maison, au bord du Lac Léman avec les montagnes enneigées au loin. Il n’y a presque personne sur la route. Je m’arrête pour prendre un autoportrait où je domine cette vue. Les chevaux broutent au bord des falaises. Je profite de chaque instant.

DSC00262 DSC00255Delphine-Millet_Wonderland-01

La route continue et cette fois je me retrouve au milieu des champs, dans la campagne déserte. Il y a encore des chevaux. Je veux absolument tenter de les approcher pour les photographier. Je prends mon trépied et j’approche doucement. Alors que je pensais qu’ils me fuyeraient, ils se rapprochent, curieux. Ils tentent de goûter mon trépied mais ça ne doit pas être bon, car ils retournent brouter l’herbe et se désintéressent de moi. J’en profite pour faire un autoportrait au milieu d’eux (chose dont je n’en reviens toujours pas).

DSC00389DSC00385 DSC00384DSC00418DSC00484
Delphine-Millet_Wonderland-04

Quand je remballe mon matériel, je remarque qu’un des chevaux n’a pas bouger depuis un moment. Il attend. Je le photographie sous toutes les angles, le caresse et décide de le baptiser Robert. Je serais bien rester avec mon nouvel ami plus longtemps mais de nouvelles aventures m’attendent.

DSC00473DSC00490

Arrivée aux alentours de Þingvellir, je change d’ambiance. L’endroit est très touristique. Il y a des bus entiers qui arrivent de Reykjavik pour faire le Golden Circle (un tour des 3 sites remarquables proches de la capitale) dont Þingvellir fait partie. Ce parc national se trouve au point de rencontre des plaques américaines et eurasiennes. Vous pouvez marcher pile au milieu des deux.

Je décide de me rendre d’abord sur un des lieux repéré grâce à internet. C’est LE spot de snorkeling. L’eau est si claire qu’on peut voir jusqu’à 30m de profondeur. Il faut par contre être équipé d’une combinaison spéciale car la température de l’eau avoisine les 1°C. Je choisis l’angle de vue qui me convient et l’endroit où je veux me trouver. Et bien sûr celui-ci va m’obliger à demander de l’aide car il m’est impossible de courir toute cette distance en 10s. J’attends alors patiemment qu’un groupe de plongeurs remontent le chemin pour leur demander de déclencher mon appareil. C’est dans la boîte très vite. La nature fait tout le boulot.

DSC00603 DSC00597Delphine-Millet_Wonderland-03

Je fais un tour du parc et je loupe la faille d’Almannagjá et la cascade d’Öxarárfoss. Il y a vraiment trop de monde et j’ai pris goût à la solitude et au calme. Je préfère tracer ma route. Et finalement j’atteris à Geysir, le fameux spot de geysers ! Je découvre là-bas la plus grande boutique à souvenirs d’Islande ! A côté d’elle le geyser paraît ridiculement petit. Mais c’est tout de même impressionant de voir ce puissant jet sortir de terre.

Je continue de rouler de longues heures pour atteindre Vik. La journée commence à être longue. Je trouve un petit coin pour m’arrêter cette nuit.

JOUR 10 Vik – Fjaðrárgljúfur –Skaftafell

Ce matin le temps n’est toujours pas au beau fixe. Je ne sais pas jusqu’où je veux aller à l’Est. Peut-être retourner à Jokülsarlon. Je pars donc tôt, avant même de petit-déjeuner. A la sortie de Vik, je vois une auto-stoppeuse et je m’arrête pour la prendre au passage. Elle s’appelle Beth, est canadienne et veut aller jusqu’à Höfn. Je propose de la déposer au centre d’informations de Skaftafell, là où elle a le plus de chances de trouver quelqu’un pour l’y conduire. On discute un peu. Une idée me vient en tête et je lui propose : je souhaite prendre des photos à Fjaðrárgljúfur, mais encore une fois j’ai besoin que quelqu’un déclenche pour moi. Ca tombe bien, elle voulait justement visiter ces lieux !

Pendant qu’elle se promène, j’installe mon matériel. Quand elle revient je découvre que la semaine dernière nous avions louper le point de vue le plus intéressant qui se trouve un peu plus loin de là où nous étions restés. Je déplace donc mon trépied et mon appareil. Beth est une assistante formidable et une aide précieuse. Je peux lui indiquer ce que je veux à l’écran et elle me dirige de façon à ce que je l’obtienne. Elle me fait gagner de nombreux allers-retours jusqu’à l’appareil (ma peur est toujours là même si avec l’euphorie créatrice elle se fait moins violente).

Delphine-Millet_Wonderland-05
On reprend la route et je m’arrête au centre touristique de Skaftafell pour donner des nouvelles à mes parents et déposer Beth. J’hésite à continuer jusqu’à Jokülsarlon. Je me suis rendue compte qu’en faisant trop de route, je perdais toute énergie le soir venu pour faire quoi que ce soit. Je prends quand même cette direction mais après 5 minutes j’aperçois de sublimes montagnes enneigées à distance raisonnable. Je m’arrête et décide de marcher pour m’y rendre. Tant pis pour les icebergs, je préfère voir quelque chose de nouveau. J’enfile ma robe par-dessus mon jean (ma tenue toute cette semaine, ça aurait valu une photo) et je commence à marcher. En chemin je croise deux personnes qui me confirment que je suis à moins de 20 minutes à pied.

Delphine-Millet_Wonderland-06

Je n’avais jamais vu ça. Ce n’était pas de la neige mais de la glace. Une étendue de glace sous mes pieds. A en couper le souffle. Je ne peux pas marcher dessus par manque d’équipement. J’aperçois au loin des petits points colorés qui se déplacent, j’en déduis que c’est ici qu’ont lieu les marches en crampons sur un glacier.

Je fais demi tour et repars vers Vik finalement. En chemin je m’arrête plusieurs fois pour faire des autoportraits. D’abord dans les champs de lave recouverts de mousse, puis dans un champ de dunes aux formes sensuelles.

Delphine-Millet_Wonderland-07Delphine-Millet_Wonderland-08
J’arrive tard à Vik mais avec suffisamment d’énergie pour partir à la recherche de la carcasse d’avion dont j’avais vu de nombreuses photos avant de partir. Je prends des forces avec un dîner mitonné sur le réchaud et je commence à marcher en suivant les traces de 4×4 au milieu du désert noir. Il faut 45 bonnes minutes pour atteindre l’épave à pied. Le silence règne autour. Il n’y a rien d’autre que le ciel gris et le sable noir à perte de vue. Je perds tous mes points de repères. Puis, enfin, derrière une dune un bout du toit de l’avion fait son apparition.

DSC01365DSC01281DSC01284

Le silence, l’heure tardive, donne une ambiance étrange. Je suis intimidée. Je tourne autour sans oser l’approcher et puis finalement je sors l’appareil photo. Je prends quelques clichés avant d’enfiler ma robe et de poser mon trépied pour mon autoportrait. La photo est vite prise. C’en est presque frustrant après avoir tant marché. Mais heureusement car bientôt deux énormes 4×4 débarquent. Leurs passagers brisent totalement la solennité du moment en courant partout et en dégainant reflex, iphone, et même drones ! J’attends qu’ils partent pour essayer un dernier angle de vue et finalement je remballe. Il est presque 1h du matin malgré le ciel toujours clair. La route est interminable dans ce sens car je vois au loin ma voiture qui ne semble pas grossir du tout à mesure que j’avance. Je me mets au lit. Depuis quelques heures j’avais déjà l’impression de rêver.

Delphine-Millet_Wonderland-09

Retour au journal
prev. next